Nettoyage et démoussage de toiture à Fontenay-sous-Bois (94120)

Vous souhaitez éliminer les mousses, lichens et champignons de votre toiture ? Pro Couverture 94est spécialisé dans le nettoyage de toiture à Fontenay-sous-Bois et le traitement de surface sans altération. Nous utilisons des solution de nettoyage respectueuse de l’environnement. N’hésitez pas à nous poser vos questions sur le nettoyage de toiture si vous en avez.

logo artisan

Nous contacter

artisan qualifié et expérimenté 94
Artisan
Qualifié
garantie décennal 94
Garantie Décennale
devis gratuit couvreur val de marne
Devis
Gratuit
tarifs compétitifs 94
Tarifs Compétitifs
avis clients bon satisfaction 94
Satisfaction Clients ✓

Nettoyage (Entretien) & Démoussage de Toiture à Fontenay-sous-Bois, 94120

Nettoyer sa toiture à Fontenay-sous-Bois reste une intervention à privilégier. C’est un moyen de préserver le confort intérieur, mais assurément et aussi les pièces qui forment la toiture. A l’aide d’un personnel qualifié dans le métier, Pro Couverture 94 accomplit les projets de nettoyage de toiture et vos travaux de couvreur à Fontenay-sous-Bois ainsi que dans le département des Val-de-Marne. Donc, si vous êtes logé dans les environs, vous pouvez disposer le déplacement non payant de nos agents. En tant que couvreur à Fontenay-sous-Bois, nous accomplissons en effet des services de meilleure qualité peu importe le modèle de votre toit.

nettoyage toiture Fontenay-sous-Bois 94120

Pourquoi le nettoyage de toiture à Fontenay-sous-Bois est indispensable ?

L’entretien de toit est essentiel étant donné qu’annuellement, les mousses, les algues et les lichens pourront s’amonceler à la superficie de votre bâtisse et ce n’est pas très beau à voir. En outre, ces végétaux parasites peuvent ternir à la qualité de votre toit en entrainant des intrusions d’eau ou des fuites de toiture. Sachez que l’entretien des toits à Fontenay-sous-Bois devra être fait annuellement, peu importe votre type de couverture de toiture. Au cas où vous utilisez des tuiles comme matière de couverture, l’idéal est de faire le démoussage à raison de deux fois par an.

La Solution anti-mousse de toit

Aussitôt que les mousses et les autres végétaux parasitaires ont infecté votre toit, ces espèces pourront ternir à la performance de votre immeuble. Dans le cas où vous n’effectuez pas les entretiens convenables, votre toiture risque de avoir des soucis d’infiltration d’eau ou bien de fuite de toiture, par exemple. Lorsque nous faisons le nettoyage des toits à Fontenay-sous-Bois (94120), nous faisons une solution anti-mousse du toit. Cette pratique consiste à mettre une solution fongicide ou bien algicide sur la toiture pour que les mousses soient entièrement et rapidement éliminées. Souvenez-vous que le démoussage de toiture doit se faire tous les 5 ans. Cela s’accomplit grâce à de différents traitements

  • Le produit anti-mousse : après un bon entretien de votre toiture, la solution anti-mousse permettra d’éviter le repoussage des mauvaises herbes. Il y a deux types de produit : ceux qui se font par un rinçage et ceux qui ne requièrent pas de rinçage.
  • Le traitement hydrofuge : c’est un traitement anti-humidité, qui sert à lutter de façon efficace contre les infiltrations d’eau.
  • La mise en place d’un filtre cuivre : ce produit s’oxydera en milieu aqueux, ce qui va permettre de lutter efficacement contre la mousse.

Le nettoyage et le démoussage de vos toitures à Fontenay-sous-Bois sous la responsabilité d’un professionnel

démoussage de toiture Fontenay-sous-Bois


Vous disposez d’une couverture en tuiles ? Cette matière est énormement sensible à l’infestation des algues, des lichens et des mousses. Si vous voulez avoir une belle toiture pendant toute l’année, l’entretien et le démoussage de tuiles devront être effectué deux fois annuellement. Nous accomplirons les interventions au moyen d’un dispositif de vaporisation, d’un nettoyeur à pression, entre autres. Nous savons le traitement approprié à ce type de couverture. Pour avoir un rendu parfait, ne jamais nettoyer vous-mêmes vos toits. Pourquoi ne pas consulter un couvreur professionnel à Fontenay-sous-Bois tel que Pro Couverture 94 ?

Comment se déroule l’opération de démoussage et de nettoyage d’un toit à Fontenay-sous-Bois?

 

  1. En premier : le nettoyage manuel des mousses et débris sur la couverture.
  2. Ensuite, le suivi de l’étanchéité de la couverture : faîtages, gouttières, tuyaux d’écoulement, solins, jointures en zinc …
  3. Et enfin l’usage d’une solution préventive qui sert à retarder l’apparition des mousses.

 

Par conséquent, que ce soit pour assurer le démoussage de vos tuiles ou encore pour le nettoyage de vos toits, nos équipes d’experts pourront assurer les travaux d’étanchéité tels que la finition par injection hydrofugée ou alors la finition par injection hydrofugée .
Nous pourrons aussi accomplir les revêtements d’étanchéité en couleur.

Autres villes d'interventions pour du nettoyage de toiture

Nous Appeler

À propos de Fontenay-sous-Bois

Fontenay-sous-Bois est une commune française située dans le département du Val-de-Marne à la limite de la Seine-Saint-Denis en région Île-de-France.

Située à 3 km à l’est de Paris, la ville est bâtie entre 44 et 111 mètres d’altitude, à cheval sur la terminaison du long plateau de Belleville, ligne de crête qui sépare les bassins versants de la Seine et de la Marne. La nature des sols a donné naissance à de nombreuses sources qui valurent à la cité son nom de Fontenay. Sa proximité avec le bois de Vincennes lui permit de se démarquer d’autres communes homonymes.

L’arrivée du chemin de fer au XIX siècle marque le début de l’essor de la ville. Celle-ci se développe rapidement avec l’arrivée de Parisiens à la recherche de lieux de villégiature puis s’industrialise au début du XXe siècle avec l’arrivée d’usines et de nouveaux habitants. Dans les années 1970, la ville perd ses dernières terres agricoles où est née la Belle de Fontenay. Elles sont remplacées par une ville de plus en plus verticale liée à la pression démographique dans la région.

Fontenay est desservie par les lignes A et E du RER et par l’autoroute A86. Elle dispose de nombreux équipements éducatifs, sportifs, culturels et sanitaires et accueille sur son territoire le premier pôle tertiaire de l’Est parisien. Ce pôle économique, pendant à l’est de Paris du quartier de la Défense, s’étend sur 160 ha et compte de plusieurs centaines milliers de m de bureaux et un centre commercial régional. Elle accueille plusieurs milliers d’employés et de nombreuses entreprises de premier plan parmi lesquelles la Société générale, Axa ou encore BNP Paribas.

Fontenay-sous-Bois est une ville de la proche banlieue Est parisienne, située à 3 km de Paris. C’est la 10 ville du Val-de-Marne par sa superficie (5,58 km2) et la 8 par son nombre d’habitants.

C’est la ville la plus au nord du département.

De nos jours, le territoire communal s’étend sur 5,58 km.

Le territoire de Fontenay était auparavant plus étendu mais sa superficie n’a fait que diminuer au fil des siècles notamment avec des remembrements successifs de son territoire en faveur de :

La ville est partagée par une ligne de crête orientée nord-ouest / sud-est, terminaison du long plateau de Belleville. Cette ligne de crête départage les bassins versants de la Seine (dépression sud-ouest vers le bois) et de la Marne (dépression nord vers Rosny et Neuilly). De part et d’autre de cette ligne, de fortes pentes descendent jusqu’au bois de Vincennes et à l’autoroute A86.

Les altitudes varient de 111 mètres au nord et au nord-est à 44 mètres dans les parties est et sud-ouest.

10 % du territoire communal est occupé en sous-sol par d’anciennes carrières de gypse, utilisé pour la fabrication de plâtre, et de calcaire, exploitées jusqu’en 1928.

Les couches d’argile imperméable qui affleurent à flanc de coteau sont à l’origine des nombreuses sources qui ont donné son nom à la ville.

La ville tient son nom des nombreuses sources qui existaient sur son territoire. C’est la raison pour laquelle le conseil municipal adopta la devise Querno Sub Tegmine Fontes, qui signifie « sous la ramure d’un chêne, les fontaines ». Ces sources alimentaient de petits rus dont certains furent captés pour alimenter les abreuvoirs du château de Beauté ou pour alimenter les douves du château de Vincennes. D’autres alimentaient plusieurs fontaines. Les sources ont toutes disparu au cours du XXe siècle avec l’urbanisation et l’assainissement.

À cheval sur la terminaison de la butte de Belleville qui sépare les bassins versants de la Seine et de la Marne, le territoire de la commune ne comprend pas de cours d’eau. Néanmoins des toponymes rappellent l’existence d’éléments géographiques ayant existé dans le passé à l’instar de ruisseaux (rue du Ruisseau, rue de la Fontaine du Vaisseau, rue des Rieux), de mares (mare à Guillaume, mare aux Marchais) ou encore de marais (rue des Marais).

Au début du XIX siècle, la commune ne comptait plus que deux mares[5] qui ont disparu de nos jours. Au nord de la commune, la mare à Guillaume, dont le souvenir est évoqué par la rue éponyme était sans doute alimentée par des eaux de source et de ruissellement provenant du ru de la Fontaine du Vaisseau. La mare aux Marchais sur le plateau est devenue la place Michelet à la suite de travaux d’assainissement entrepris au début du XX siècle.

Le nord-est de la commune situé à la limite avec la commune de Neuilly-Plaisance (quartier des Alouettes) était occupé au XIX siècle par une prairie humide où se trouvaient des prés, des pâtures et des oseraies. Ces marais sont encore évoqués de nos jours dans le nom de rues telles que la rue des Marais, le chemin de la Prairie, rue des Joncs-Marins et dans la toponymie des anciens lieux-dits « les marais sous le bois de l’Aulnaye », « les sablons des marais » et « les marais près le Bois-Cadet ». Cette zone continuait[6] sur le territoire de la commune de Neuilly-Plaisance et prenait le nom de Grand Marais. Elle fut achetée par Charles, Henri, Désiré Poulet-Langlet en vue d’y construire des lotissements.

Le grand nombre de sources sur le territoire communal a également permis la création de plusieurs fontaines :

La ville possède un maillage routier de près de 86 km répartis sur 309 voies dont 80 % en zone 30 parmi lesquelles on peut citer :

L’autoroute 86 dessert également l’est de la ville et sa zone de bureau. Elle permet une intersection au nord avec l’A3 en direction de l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle et l’autoroute A1 vers le nord, Lille et la Belgique et au sud à Nogent-sur-Marne avec l’A4 en direction de l’est de la France et Strasbourg.

66,9 % des 22 255 ménages fontenaysiens possèdent au moins une voiture en 2011. 78,8 % de ceux-ci ne possèdent qu’une voiture et 21,2 % deux voitures ou plus. 48,4 % des ménages disposent d’au moins un emplacement réservé au stationnement.

En 2009, la ville disposait sur son territoire de trois stations Vélib’, mode de transport urbain alternatif avec mise à disposition de bicyclettes. En 2019, ce nombre était élevé à dix avec les stations suivantes :

Fontenay est traversée par trois lignes de chemin de fer. La ligne de Vincennes (RER A branche A2) dessert l’ouest de Fontenay, la ligne de Paris-Est à Mulhouse-Ville dessert l’est de la ville et la ligne de Fontenay-sous-Bois à Marne-la-Vallée – Chessy (RER A, branche A4) traverse Fontenay d’ouest en est en passant sous le plateau de Belleville par le tunnel de Fontenay-sous-Bois. La ville est desservie par deux gares : Fontenay-sous-Bois (RER A, ancienne ligne de Vincennes) à l’Ouest avec une fréquentation de 10 000 personnes par jour et celle de Val de Fontenay à l’Est (RER A depuis et RER E depuis ) avec une fréquentation de 45 000 voyageurs/jour.

La ville de Fontenay-sous-Bois est desservie par deux gares RER, deux sur le RER A et une sur le RER E :

Les lignes de bus suivantes desservent Fontenay-sous-Bois :

La Ligne 1 du métro a son atelier de maintenance sur la commune de Fontenay-sous-Bois, dans le quartier des Rigollots, rue Jean-Jacques Rousseau. C’est également dans ces ateliers que sont effectuées toutes les opérations de maintenance sur les systèmes de freins de tout le parc de métros sur pneus de la RATP. Le prolongement de la ligne 1 jusqu’aux Rigollots et à Val de Fontenay est inscrit dans le SDRIF adopté au Conseil Régional le . Les études préalables de ce prolongement réalisées par la RATP pour le STIF ont conduit à trois tracés possibles. La concertation préalable sur ces tracés a lieu du au .

Le prolongement de Noisy-le-Sec à Val de Fontenay de la ligne 1 du tramway est validé par le STIF depuis .

Fontenay-sous-Bois est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l’Insee,,,. Elle appartient à l’unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[17] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue,.

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal. Cette aire regroupe 1 929 communes[20][21].

La ville prend son expansion du fait de sa proximité de Paris et du Bois de Vincennes et de l’arrivée du chemin de fer. À partir de 1855, la partie de la commune proche du bois voit la naissance d’un nouveau quartier constitué de villas construites par des Parisiens.

En 1902, l’arrivée sur le territoire communal de la fabrique de pianos Gaveau et de ses 350 employés s’accompagne de la création d’un projet urbain ambitieux pour l’époque. La cité Gaveau destinée à loger les employés de la fabrique s’articule autour de deux grands immeubles et de 29 villas particulières.

La ville est structurée par une colline qui la compose en grande partie et crée une juxtaposition de quartiers dont l’unité est difficile à réaliser (Fontenay-bois, le Plateau, Fontenay-village, les Rigollots, le Val…).

Cet urbanisme conduit à de grands contrastes de populations selon les quartiers : depuis les maisons très bourgeoises qui jouxtent le bois de Vincennes jusqu’au quartier des Larris qui forme une ville verticale.

Le quartier du Val de Fontenay est un peu comme une ville nouvelle au cœur de Fontenay-sous-Bois, cachée par les bureaux, excentrée à l’Est, limitrophe des communes de Rosny-sous-Bois, Neuilly-Plaisance, Montreuil, Nogent-sur-Marne et Le Perreux-sur-Marne. Il est caractérisé par une concentration urbaine beaucoup plus dense que dans les quartiers anciens de la ville.

Né de l’expansion urbaine de la banlieue parisienne dans les années 1970-1980, le Val de Fontenay est implanté sur la partie la plus basse de la ville, jusque là espace agricole dans lequel on cultivait la célèbre pomme de terre « Belle de Fontenay ».

Depuis, l’espace agricole s’est transformé en un espace d’habitations à haute densité, et des zones commerciales, artisanales et industrielles. S’y trouvent, entre autres, le ministère des anciens combattants, l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), sous tutelle du ministère de l’immigration, des bâtiments de la Société générale, d’Axa ou de la RATP, les laboratoires pharmaceutiques Roche, Humanis Retraite et prévoyance, et de nombreuses autres entreprises de technologie de pointe.

Le quartier est également une zone de transit pour les touristes à mi-chemin entre Paris et Marne-la-Vallée (Disneyland Paris), identifiable par un nombre élevé d’hôtels pour tous budgets.

Le quartier possède une grande variété architecturale, autour d’un habitat collectif organisé par petites unités.

En 2011, la commune compte 23 355 logements dont 95,3 % constituent la résidence principale de leur occupants. Les types de logements sont à 74 % des appartements et 24 % des maisons.

Parmi les 22 255 logements qui sont qualifiés de résidence principale, 18,1 % comptent cinq pièces et plus, 22,6 % quatre pièces, 28,2 % trois pièces, 22,6 % deux pièces et 8,4 % une seule pièce. Seuls le nombre de logements de deux et cinq pièces sont en augmentations par rapport à 2006.

Le nombre moyen de pièces des résidences principales est de 4,6 pour les maisons et 2,9 pour les appartements. Parmi les résidences principales construites avant 2009, 30,1 % datent d’avant 1946, 62,1 % ont été bâties entre 1946 et 1990 et 7,8 % de 1991 à 2008[27].

Les données liées au confort des résidences principales indiquent que 92,3 % sont équipées de salle de bains avec baignoire ou douche. Les données liées au chauffage de ces résidences montrent que 47,6 % bénéficient d’un chauffage central collectif, 32,4 % d’un chauffage central individuel et en forte progressions par rapport à 2006, d’un chauffage individuel « tout électrique ».

Les données qui concernent le statut d’occupation des résidences principales indiquent que seuls 44,7 % des fontenaysiens sont propriétaires tandis que 53,2 % sont locataires. La part des locataires logés en logements HLM représente 30,7 % de l’ensemble des résidences principales et près de 58 % des locataires. L’ancienneté d’emménagement est en moyenne de 14,7 années. Néanmoins, la durée d’occupation connait de grands écarts suivant le statut de l’occupant de la résidence principale. Elle est ainsi de 18,6 années en moyenne pour un propriétaire contre 11,5 années pour un locataire.

L’origine du nom de Fontenay se situe dans les nombreuses fontaines qui existaient jadis sur son territoire. Fontenay portait le nom de Fontanedus en 848 et évolua en aput Fontenete en 1194.

Pour différencier les 28 Fontenay de France, un complément distinctif a été donné à la plupart d’entre eux. Le bois de Vincennes a été retenu pour caractériser Fontenay-sous-bois. Mais la forme actuelle ne s’est stabilisée que tardivement. En effet, au XVIII siècle la forme « Fontenay-sur-le-bois-de-Vincennes » est courante et au XIXe siècle la forme « Fontenay-sur-le-bois » prévaut.

L’abbé Lebeuf, dans son Histoire du diocèse de Paris, indique que la première mention de Fontenay remonte à 847. En 982, un acte indique que l’église de Fontenay est dépendante de la cathédrale de Paris.

Le roi Charles V fait capter les eaux des sources de Fontenay pour alimenter les abreuvoirs du château de Beauté. Les conduits passent à travers le village, et le roi exempte les habitants du droit de prise et des impôts qui se lèvent pour la chasse aux loups, à condition qu’ils entretiennent et nettoient les conduits.

En 1219, il existe une maladrerie située à la lisière du bois de Vincennes.

L’église date de François I ou d’Henri II.

Sous l’Ancien Régime, la seigneurie de Fontenay appartient à l’abbaye Saint-Victor. La culture de la vigne est la principale activité agricole.

En 1767, Jacques Maquer achète les terres de l’abbaye et devient seigneur de Fontenay. Il habite alors un château, maintenant disparu, situé dans l’actuel parc de la mairie.

En 1779, le Clos dit d’Orléans fut déboisé sur le Bois de Vincennes pour élever des chevaux anglais et organiser des courses où figurèrent le duc de Chartres père du roi Louis Philippe et le comte d’Artois qui devint Charles X. Ces courses cessèrent en 1788 au grand regret des habitants à qui elles procuraient une source de revenus intéressante en écoulant leurs productions agricoles. Le clos fut rendu à l’agriculture par la vente qui en fut faite comme domaine national. En 1803 il fut divisé en une cinquantaine de lots.

Aux confins des territoires de Montreuil et de Vincennes, il existe une léproserie accueillant les malades de Bagnolet, de Montreuil, de Neuilly-sur-Marne et de Fontenay.

Avant la Révolution, Fontenay-sous-Bois fait partie de la généralité et de l’élection de Paris et est une paroisse du doyenné de Chelles.

En 1789, les habitants rédigent un cahier de doléances inspiré par des valeurs fortes comme la Liberté et l’Égalité. Ils demandent la suppression des privilèges, l’accession des membres du tiers état aux charges publiques, le droit de chasse pour tout le monde, etc.

Le , en vertu de la loi du , le maire, monsieur Lameau, clôture les registres des baptêmes, mariages et sépultures et transfère l’état civil à la commune.

Le , le conseil municipal, à l’unanimité, déclare son adhésion à la République et au gouvernement né de la révolution de février.

Le 28 décembre 1851, le Conseil municipal soutient les actes du 2 décembre, et fait voter « une adresse de félicitations à Monsieur le Président de la République pour les bienfaits que ses actes de vigueur et de fermeté ont déjà procurés à la France ».

Au cours de l’histoire, la municipalité a souvent à se préoccuper de la question du bois du Parc de Vincennes, comme on le nommait alors. Ainsi, le , le Conseil émet ainsi le vœu de voir l’étroite entrée du Parc élargie au-delà du logement du portier. C’est seulement en novembre 1961 que le maire a l’autorisation d’acquérir le terrain situé devant la gare ferroviaire pour élargir la voie routière, et ainsi désengorger la circulation.

En 1856, le chemin de fer de Mulhouse traverse le Val de Fontenay. Il faudra plus d’un siècle pour qu’il s’y arrête.

En 1859, on peut aller à Paris par le train par la ligne de la Bastille, puis, vers 1890, par le tramway des Chemins de fer nogentais.

En 1872, l’usine de fabrication de sinapismes dirigée par Paul Jean Rigollot qui a inventé le produit en 1866, est ouverte à la limite de Vincennes à l’emplacement de l’actuel carrefour des Rigollots.

D’autres industries s’installent à Fontenay parmi lesquelles la fabrique de pianos Gaveau et une usine de parapluies près de l’actuel carrefour qui en a pris le nom.

En 1887, est créé l’Hospice Intercommunal par les communes de Fontenay, Montreuil et Vincennes.

Au cours du XIX siècle les résidences se multiplient. Des artistes (Nicolas Dalayrac, Pixérécourt), des écrivains (Béranger, Hector Malot), des inventeurs (Beau de Rochas) trouvent le calme à Fontenay.

Le fort de Nogent est construit de 1841 à 1848.

Fontenay a peu souffert de la guerre de 1870-1871. En , les canons prussiens bombardent le fort de Nogent. Il ne tombe pas mais est livré aux Prussiens lors de la reddition du .

Pendant l’occupation prussienne, la municipalité n’émigre pas, elle suspend juste ses réunions entre et . Les écoles subissent un bombardement éphémère. Mais les habitants de Fontenay subissent l’occupation étrangère pendant plusieurs mois.

En , Sioul, artilleur cantonné à l’école Jules Ferry, rue Roublot, qui avait assisté à la création par Bach (Charles-Joseph Pasquier) de Quand Madelon… (paroles de Louis Bousquet et musique de Camille Robert) à l’Eldorado, chante Quand Madelon… à ses camarades. La chanson obtient un véritable succès. Les canonniers la diffusent. En 1921, une plaque est apposée sur la façade de l’école. Elle rappelle que « la Madelon est partie d’ici en pour faire le tour du monde ».

Dans la nuit du 30 au , au cours de la première attaque massive de l’aviation allemande, Fontenay-sous-Bois est bombardée. Une bombe détruit des pavillons de la rue du Châtelet (aujourd’hui rue Charles-Bassée), faisant plusieurs victimes.

La Première Guerre mondiale fait plus de 623 victimes.

La Seconde Guerre mondiale fait 385 victimes, soldats tués au combat, prisonniers, fusillés et déportés engagés dans la Résistance. Le nom de nombreuses victimes a été gravé sur le monument de la place des Martyrs-de-la-Résistance, dont les cinq membres de la famille Sztajnzalc, déportés parce que juifs.

Le 23, 24 et , de violents combats opposent les soldats de la Feldgendarmerie installés dans le fort de Nogent, aux membres des organisations de Résistance. Une certaine chanson, nommée « La Madelon » a été chanté par des résistants qui nommera une fête municipale (du 11 au ). Les occupants sont chassés, mais 30 Fontenaysiens paient de leur vie leur héroïsme face à l’ennemi dont le dernier et inutile geste est de bombarder la gare de marchandises.

La « Belle de Fontenay », variété traditionnelle de pomme de terre et doyenne des variétés françaises à chair ferme, apparaît à Fontenay-sous-Bois vers 1885 et est inscrite en 1935 au catalogue officiel des variétés (à la création de ce dernier),

En 1960, la plaine orientale sur laquelle se trouvent les cultures fruitières, est déclarée ZUP (zone à urbaniser en priorité). L’usine de sinapismes des Rigollots ferme ses portes.

La première pierre de l’hôtel de ville est posée le par le maire Louis Bayeurte. L’édifice est inauguré le par Charles Hernu et Georges Marchais.

La partie de la rocade A86 reliant les autoroutes A3 et A4, passe par Fontenay. Elle a été mise en service en deux étapes : d’abord la portion nord, de A3 à la sortie Fontenay ; ensuite la portion sud (de Fontenay à A4) est mise en service en 1989, avec le tunnel de Nogent.

La présence à la fois de desserte par autoroute et gares RER favorise un essor économique important qui fait de Fontenay-sous-Bois la première zone de bureaux de l’Est Parisien avec des dizaines de milliers d’emplois en particulier dans le secteur bancaire[évasif].

Après avoir appartenu au département de la Seine jusqu’au , la commune fait désormais partie du département du Val-de-Marne, en application de la loi du [39] et conformément au décret d’application du dont elle constitue le point le plus septentrional Fontenay appartient à la sixième circonscription du Val-de-Marne.

La commune constituait le canton de Fontenay-sous-Bois du Val-de-Marne, de 1967 à 1976. Ce canton est scindé en 1976 entre les cantons de Fontenay-sous-Bois-Est et de Fontenay-sous-Bois-Ouest. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais le bureau centralisateur du canton de Fontenay-sous-bois qui comprend également la partie Est de Vincennes.

Les instances judiciaires compétentes pour la commune sont le tribunal d’Instance de Nogent-sur-Marne, les tribunaux de grande instance, de commerce, pour enfants et le conseil de prud’hommes de Créteil, la cour d’appel de Paris, le tribunal administratif de Melun et la cour Administrative d’Appel de Paris.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la volonté gouvernementale de favoriser le développement du centre de l’agglomération parisienne comme pôle mondial est créée, le , la métropole du Grand Paris (MGP), à laquelle la commune a été intégrée[40].

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du (loi NOTRe) prévoit également la création le d’établissements publics territoriaux (EPT), qui regroupent l’ensemble des communes de la métropole à l’exception de Paris, et assurent des fonctions de proximité en matière de politique de la ville, d’équipements culturels, socioculturels, socio-éducatifs et sportifs, d’eau et assainissement, de gestion des déchets ménagers et d’action sociale, et exerçant également les compétences que les communes avaient transférées aux intercommunalités supprimées

La commune fait donc également partie depuis le de l’établissement public territorial Paris-Est-Marne et Bois[41] créé par un décret du .

De par sa population, la commune a un conseil municipal composé de quarante-cinq conseillers municipaux dont le maire et ses quinze adjoints,.

Le territoire communal est divisé en quartiers qui sont pourvus d’un conseil de quartier qui organise une réunion une à deux fois par an. Le rôle du bureau du conseil est d’alerter les élus municipaux sur les problèmes pouvant exister mais aussi travailler avec les services de la commune. Ce bureau possède un élu référent, d’un correspondant qui n’est pas un élu municipal ainsi que d’autres citoyens du quartier.

Avant 2015, le nombre de ces quartiers était au nombre de 13. Les quartiers ont été remaniés lors des assemblées des Bureaux des Conseils de quartiers les et et adoptés par le conseil municipal le de la même année. Depuis lors, les treize quartiers sont les suivants :

Résultats des deuxièmes tours :

Résultats des deuxièmes tours :

Résultats des deux meilleurs scores :

Résultats des deuxièmes tours :

Au premier tour des élections municipales de 2020 dans le Val-de-Marne, la liste d’union de la gauche menée par le maire sortant Jean-Philippe Gautrais —  qui avait succédé en 2016 à Jean-François Voguet après sa démission — remporte le scrutin avec 7 089 voix, 57,15 % des suffrages exprimé et 36 sièges, suivie par les listes menées par Gildas Lecoq (divers droite, 3 719 voix, 29,98 %, 7 sièges) et par Chantal Cazals (LREM, 1 392 voix, 11,22 %, 2 sièges), l’anstention s’élevant à 61,50 %.

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d’Agenda 21 en 2012. La mairie possède depuis 2017 un secrétariat général au développement durable[72].

Fontenay-sous-Bois est jumelée avec quatre villes européennes. Le plus ancien jumelage date du et a été signé avec la ville belge d’Etterbeek. Une place dans le Val de Fontenay porte son nom. La deuxième avec laquelle a été jumelée Fontenay est Marinha Grande. Ville située au Portugal, elle signe le pacte le .

Les années 1980 sont aussi marquées par le jumelage de la commune avec deux autres villes en 1986. Le 27 juin est marqué par la signature d’un pacte avec la ville ukrainienne de Brovary. Il existe une allée de Brovary dans le Val de Fontenay. Le 21 septembre de la même année, un jumelage est acté avec cinq communes du Val Tidone situées en Italie[77] : Borgonovo, Pecorara, Rottofreno, Sarmato, Ziano. Ce partenariat est étendu aux communes de Nibbiano et de Pianello le .

Depuis 1998, la ville possède un partenariat avec la ville de Koungheul localisée au Sénégal. Ce partenariat est officiellement acté en par la signature d’un protocole de coopération décentralisée.

En 1919 après la Première Guerre mondiale, la ville aide la commune de Trucy dans l’Aisne pour qu’elle puisse se reconstruire à la suite des combats de la guerre dont elle fut victime. Il existe une rue de Trucy dans la partie sud-ouest du territoire de la commune et une place de Fontenay-sous-Bois dans la commune axonaise. Fontenay n’est pas uniquement ville marraine de Trucy mais elle l’est aussi de Wittenheim située dans le Haut-Rhin. Après la Seconde Guerre mondiale, la commune parraine cette dernière en faisant deux dons de 100 000 francs en 1947 et 1951[80].

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d’une enquête par sondage auprès d’un échantillon d’adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans,.

En 2020, la commune comptait 51 386 habitants, en diminution de 3,54 % par rapport à 2014 (Val-de-Marne : +3,15 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

La population de Fontenay reste relativement jeune malgré un léger recul enregistré sur les chiffres de 2006. En effet, d’après l’Insee, les moins de 30 ans n’y représentent plus que 38,6 % en 2011 contre 39,3 % en 2006. La part des 30-59 ans s’érode également dans la même période, passant de 43,3 % en 2006 à 42,6 % en 2011. Dans le même temps, la part des plus de 60 ans dans la population est en augmentation passant de 17,4 % en 2006 à 18,8 % en 2011. Ces changements locaux correspondent au vieillissement de la population observé au niveau national.

D’après l’Insee, sur les 52 723 habitants que comptait la commune en 2011, 48 % étaient des hommes et 52 % des femmes. Dans le détail, les hommes sont plus nombreux dans les classes d’âge correspondant au moins de 30 ans avec 41,1 % de la population de cette classe contre 36,2 % pour les femmes. La situation des classes d’âge allant de 30 à 59 ans est à peu près équilibré entre les deux sexes avec respectivement 42,0 % d’hommes et 43,3 % de femmes. Néanmoins, le déséquilibre est nettement marqué chez les plus de 60 ans avec une forte proportion de femmes (20,6 %) dans ces classes d’âge alors que les hommes n’en représentent plus que 16,9 %.

Selon l’Insee, la ville comptait 22.257 ménages représentants 52 010 habitants en 2011 contre 21.792 ménages rassemblant une population de 51 226 habitants en 2006. Bien qu’en légère diminution sur 2006, les ménages avec famille sont les plus représentés avec 61,7 % de l’ensemble des ménages de 2011 contre 62,2 % en 2006. Ces ménages correspondent à 81,6 % de la population communale totale. Parmi celle-ci, les couples avec enfants sont les plus nombreux suivis des couples sans enfant et des familles monoparentales. Les personnes vivant seules représentent 34,7 % des ménages fontenaysiens en 2011 et une part de 14,8 % de l’ensemble de la population communale. Parmi les ménages d’une personne, ceux constitués d’une femme seule sont les plus nombreux (20,3 % des ménages contre 14,4 % pour les hommes seuls). Parmi les 13 898 familles[87] recensées de Fontenay, 37,9 % ne comptaient pas d’enfant et 62,1 % en comptaient au moins un. Dans le détail, 27,8 % des familles comprenaient un enfant, 22,5 % deux enfants et 11,8 % trois enfants et plus.

D’après une étude sociologique menée par l’Insee, les catégories socioprofessionnelles (PCS) de la ville sont équilibrés bien que disparates. Parmi les ménages, les artisans, commerçants, chefs d’entreprises y représentent 4 %, les cadres et professions intellectuelles supérieure, 20,7 %, les professions intermédiaires 18,2 %, les employés 16,5 %, les ouvriers, 11,0 % et les retraités, 25,6 %.

Fontenay-sous-Bois est situé dans l’académie de Créteil en zone C et les établissements présents sur son territoire sont placés sous l’autorité des services de la DSDEN du Val-de-Marne. Ces administrations représentent au niveau local le Ministère de l’Éducation nationale qui pilote au plan national le Système éducatif français. C’est la carte scolaire qui régie l’enseignement sur la commune.

La ville dispose de plusieurs établissements d’enseignements publics qui offrent un enseignement gratuit et laïque. En 2019, il n’existe plus qu’un d’établissement d’enseignement privé sur la commune. D’autres établissements privés à l’instar de l’école primaire protestante Jeanne-d’Albret fermée autour de 2008 et le pensionnat Barbe n’existent plus.

Certaines écoles sont regroupées en groupes scolaires que sont :

Les établissements d’enseignement primaire de la commune appartiennent à la circonscription du premier degré de Fontenay-sous-Bois des services de la DSDEN du Val-de-Marne. Ces établissements scolaires se répartissent entre écoles maternelles et écoles élémentaires. En 2019, la commune comportait treize écoles maternelles et autant d’écoles élémentaires[92]. Dans chacun des cas, il n’existe qu’une école privée.

Écoles élémentaires

La commune accueille aussi des établissements de l’enseignement secondaire sur son territoire. En 2019, ils sont au nombre de cinq avec trois collèges et deux lycées.

Pour l’orientation des élèves, Fontenay dépend du centre d’information et d’orientation de Vincennes, l’un des douze CIO que compte le département du Val-de-Marne en 2018[94].

La commune accueille l’un des Greta du Val-de-Marne. Un Greta est un groupement d’établissements publics locaux d’enseignement (EPLE) qui fédère leurs ressources humaines et matérielles pour organiser des actions de formation continue pour adultes.

D’après les résultats du recensement de 2011 mené par l’Insee portant sur le diplôme le plus élevé des 36 692 Fontenaysiens de plus de quinze ans, 15,8 % ne dispose d’aucun diplôme, 6,3 % d’un certificat d’études primaires, 6 % d’un BEPC ou brevet des collèges, 16,5 % d’un CAP ou BEP, 17,8 % d’un baccalauréat ou Brevet professionnel, 12,9 % d’un diplôme de l’enseignement supérieur court et 24,7 % d’un diplôme de l’enseignement supérieur long.

La commune accueille de nombreux professionnels de santé répartis dans de nombreuses spécialités médicales englobant la médecine générale et spécialisée, la pédiatrie, les chirurgiens-dentistes et orthodontistes, les infirmiers, etc. Elle dispose également de plusieurs laboratoires d’analyses médicales, pharmacies, entreprises de matériel médical et paramédical ainsi que des sociétés d’ambulances.

Fontenay-sous-Bois a choisi de développer un service public de médecine de proximité accessible à tous par le biais de deux Centres Municipaux de Santé. Les centres Émile-Roux et Roger-Salengro situés dans chacun des cantons qui composent la commune sont gérés par la commune qui prend également en charge le personnel, l’équipement et l’entretien. Les deux établissements disposent d’équipes multidisciplinaires aptes à la prise en charge globale du patient dans un même lieu et à leurs actions de santé publique pour tous les publics. Ces équipes interviennent dans les domaines de la médecine générale, l’allergologie, la gynécologie, l’ORL, la médecine du sport, la pédiatrie, la phlébologie, les soins dentaires, la kinésithérapie, les soins infirmiers, le planning familial, le conseil conjugal ou encore les vaccinations[97]. Se trouvent également dans la commune plusieurs centres médico-psychologiques qui accueillent les personnes désireuses de consulter un psychiatre ou un psychologue.

Fontenay dispose de structures dans les domaines de la vieillesse et de la gérontologie afin de répondre au vieillissement de la population. La ville dispose notamment d’un CLIC (Centre Local d’Information et de Coordination Gérontologique) dont le rôle est l’information et la Coordination Gérontologique. Le centre informe et conseille gratuitement les personnes âgées de 60 ans et plus et leur entourage tout en coordonnant et en animant le réseau des organismes et acteurs de la gérontologie.

Le territoire de la commune accueille également une maison de retraite intercommunale présente sur quatre sites dont deux à Fontenay : Hector Malot et la Dame Blanche. L’établissement intercommunal trouve son origine en 1897 quand les communes de Fontenay-sous-Bois, Montreuil et Vincennes décidèrent d’unir leurs moyens pour le créer[101]. Elles furent rejointes par la commune de Saint-Mandé en 1937. L’établissement public autonome intercommunal devient EHPAD à la suite de la signature de la convention tripartite le avec le conseil général et le préfet du Val-de-Marne. Les deux sites ont été entièrement reconstruits pour augmenter leur qualité et capacité d’accueil.

En 2019, la commune dispose des équipements sportifs suivants :

Elle accueille les clubs suivants :

La commune a accueilli plusieurs fois le tour de France. De 1980 à 1982, elle fut le départ des dernières étapes,,. En 1981 et 1982, Fontenay fut aussi le lieu d’arrivée de l’avant-dernière étape de la Grande Boucle avec à chaque fois un départ à Auxerre[106][107]. En 1983, Fontenay a été le grand départ de la 70 édition. Un prologue de 5,5 km dans la ville fut marqué par la victoire du belge Eric Vanderaerden[108].

Des informations concernant l’actualité de Fontenay peuvent se trouver régulièrement dans le quotidien régional Le Parisien, dans l’un des journaux gratuits distribués sur Paris, dans le Journal du Grand Paris ou encore dans la presse nationale.

Il n’existe aucune publication d’information propre à la commune hormis le magazine municipal A Fontenay édité par le service information de la commune. Ce magazine de 24 pages imprimé en couleur sur du papier recyclé est tiré à 26 000 exemplaires et est distribué dans l’ensemble des foyers de la commune. Il est également disponible au format Pdf sur le site Internet de la commune. D’autres publications, plus modestes, existent comme Le Journal du Plateau de l’association du plateau ou La Ruche réalisé par le club de loisir G. Paquot.

Dans le passé, de nombreux périodiques locaux ou régionaux étaient distribués à Fontenay et traitaient de son actualité comme l’atteste le Fonds Naudet ou l’état provisoire des périodiques locaux[110] disponibles aux Archives départementales du Val-de-Marne :

La commune ne possède aucune station de radio ou chaine de télévision installées sur son territoire. Son actualité peut néanmoins être traité sur la chaîne régionale France 3 Ile-de-France.

Il existe néanmoins une webtélé locale, baptisée « A Fontenay TV » réalisée par le service information de la commune qui propose notamment une émission vidéo intitulée 6 min à Fontenay traitant de l’actualité de la municipalité et une Webradio réalisée par la SMJ.

Fontenay dispose d’un portail institutionnel, site sur lequel il est possible de s’informer sur l’actualité de la ville, sur ses infrastructures et son histoire ainsi que réaliser des démarches administratives en ligne. La ville dispose également d’une page Facebook et d’une présence sur Dailymotion.

La commune a adhéré au SIPPEREC, syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour l’électricité et les réseaux de communication. La société Noos, rachetée par Numéricâble, a également déployé un réseau câblé dans la commune.

Fontenay-sous-Bois est un cœur de plaque ATM.

Les Fontenaysiens disposent de lieux de cultes catholique, israélite, musulman et protestant.

Au sein du diocèse de Créteil, le territoire de la commune dépend du secteur pastoral de Fontenay-sous-Bois qui regroupe quatre lieux de culte catholique :

La commune accueille par ailleurs une communauté de pères franciscains. Il existe aussi des cultes protestants dont le centre évangélique protestant Paris-Est propose un lieu de culte aux membres d’une communauté évangélique[113].

La communauté israélite dispose de la synagogue Eliahou Hanavi, administrée par l’association cultuelle israélite de Fontenay-sous-Bois (ACIF), de la synagogue Beth Chalom et du Centre Hilel.

La communauté musulmane dispose de plusieurs lieux de culte :

Le mouvement des Témoins de Jéhovah dispose d’un lieu de culte administré par une association créée en .

Aujourd’hui disparue au profit de l’urbanisme, l’agriculture tenait une place importante dans l’économie locale jusqu’au début du XX siècle. Les sols du territoire communal sont désignés comme frais. La commune abrite quelques mares et nombre d’endroits ne peuvent être utilisés qu’en oseraies[119]. Les principales productions sont maraichères ou constituées de seigle, de haricots ou de pomme de terre. Comme à Vincennes, Bagnolet ou Romainville, de nombreuses terres sont cultivées par les jardiniers de Montreuil qui emploient notamment en 1840 des ouvriers agricoles du Morvan ou Nivernais poussés sur Paris par la pauvreté dans leurs régions natales.

Lors de la première moitié du XIX siècle, le territoire communal accueillait une très belle pépinière de 40 000 mûriers blancs[121] dirigée par M Combet, un agriculteur du midi qui a fait à Paris plusieurs expériences pour l’éducation des vers à soie. Les feuilles de murier alimentaient une magnanerie de 200 000 vers à soie dirigée par M. Boucher et située à une demi-lieue[123]. Celle-ci ferma en 1834 du fait de l’abandon de la pépinière de murier par son propriétaire. En 1836, M. Grimaudet transfère 12 000 muriers sauvageons de l’ancienne pépinière de Fontenay au parc de Villemomble qui accueille 167 000 pieds sur 5 hectares.

À la fin du XIX siècle, la commune a vu l’apparition de la Belle de Fontenay. Cette variété de pomme de terre a été inscrite au catalogue des variétés en 1935. Elle est notamment à l’origine de la variété BF 15 (obtention INRA, 1947).

Dans les années 1920, Fontenay appartient avec Bagnolet et Montreuil à une zone où l’on cultive des fruits et notamment des pêches. Depuis le Moyen Âge et jusqu’au XVIIIe siècle, la commune possédait des vignes. Les Carmes de Charenton et les religieux de Picpus avaient coutume de quêter du vin dans les pressoirs de Fontenay, pendant les marcs. Elles furent remplacées par les cultures maraichères et fruitières.

Aux alentours de 1860, le territoire communal était très morcelé et les agriculteurs de Fontenay ne disposaient que de 1,5 hectare de terre. La famille Houzeau, une famille d’agriculteurs de la commune a recueilli dans un manuscrit appelé Heures sauvées des notes depuis 1694 sur des observations météorologiques et une chronique locale[128]. Cette dernière indique notamment une importante invasion de chenilles en 1776 au point que le curé avait jugé nécessaire une procession en prière d’une quarantaine d’heures par les habitants de la commune.

En 2011, la commune comptait 29 371 foyers fiscaux. Le revenu net déclaré moyen s’établissait à 30 959  et l’impôt sur le revenu moyen s’élevait à 2 650 . Dans le détail, 64,9 % des foyers fiscaux étaient imposables avec un revenu déclaré moyen qui s’établissait à 42 440  et 35,1 % des foyers fiscaux ne l’était pas avec un revenu déclaré moyen de 9 673 .

En 2015, le budget communal s’élève à 174 millions d’euros dont 59,93 % en fonctionnement et 40,07 % en investissement. La ventilation des dépenses de fonctionnement s’effectuait entre différents postes :

Les recettes fiscales de la commune sont composées à 60 % d’impôts sur les ménages et à 40 % d’impôts sur l’activité économique. En 2014, la taxe d’habitation représentait 39 % des recettes fiscales de la commune, la taxe foncière (acquittée pour 2/3 par les ménages et 1/3 par les entreprises) 32 %, la cotisation foncière des entreprises 19 % et la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises 10 %.

Une majorité des actifs fontenaysiens travaillent hors de la commune, principalement en Île-de-France. Dans le même temps, plus de 25 000 employés viennent travailler à Fontenay, notamment dans le secteur tertiaire.

D’après l’Insee, 90,1 % des 23.904 fontenaysiens de 2011 qui possèdent un emploi sont des salariés et 9,9 % des non-salariés. Pour l’Insee[133], les femmes sont principalement salariés (92,7 % des femmes contre 87,4 % des hommes). Les hommes sont plus facilement non-salariés (12,6 % des hommes contre 7,3 % des femmes). Toujours d’après les résultats de cette étude, les femmes sont plus facilement titulaires de la fonction publique ou en CDI que les hommes avec respectivement 92,7 % et 77,3 %.

Parmi les 21 395 salariés de 15 à 64 ans que comptait la commune en 2011, 52,4 % sont des femmes et 47,6 % des hommes. Les femmes sont particulièrement touchées par le travail à temps partiel avec une moyenne de 20 % contre seulement 8,6 % pour les hommes. L’inégalité face au temps partiel entre homme et femme est moins marquée pour les classes d’âge comprises entre 15 et 24 ans. Le temps partiel y représente 31,9 % chez les hommes contre 44,1 % chez les femmes. Malgré une amélioration pour les deux sexes dans les classes d’âge supérieures à 24 ans, cette inégalité subsiste par la suite. Le travail partiel est ainsi trois fois plus développé chez les femmes dans les classes d’âge comprises entre 25 et 54 ans avec 18,1 % de travail partiel contre 6,3 % pour les hommes. Au-delà de 55 ans, la situation face au temps de travail partiel reste identique pour les femmes tandis qu’elle se détériore pour les hommes avec 7,8 %.

Moins de 20 % des 23 904 actifs fontenaysiens travaillent dans la commune et 80 % ailleurs. Dans 17 % des cas, ces actifs fontenaysiens travaillent dans le Val-de-Marne et 62 % dans un autre département d’Île-de-France. Un peu plus d’1 % travaillent dans une autre région de France métropolitaine ou outre mer.

Pour l’Insee, 25 438 emplois existaient en 2011 sur le territoire communal. Ceux-ci se ventilaient dans différentes catégories socioprofessionnelles qui sont par ordre d’importance celles des professions intermédiaires avec 31,4 %, des cadres et professions intellectuelles supérieures avec 26,5 % et des employés avec 25,8 % marquant l’importance du pôle tertiaire de Fontenay. Dans le même temps, les ouvriers ne représentaient que 12,4 %. Les Artisans, commerçants, chefs entreprise ne représentent que 3,8 % de ces emplois.

L’ensemble de ces emplois est ventilé dans différents secteurs d’activités. Le commerce, les transports et les services divers arrive en tête avec 65,1 % des emplois, suivi par l’administration publique, l’enseignement, la santé et l’action sociale avec 22 %. La construction et l’industrie avec respectivement 6,5 % et 6,3 % sont beaucoup moins représentés les femmes ne représentent que 47,9 % de ces emplois. Elles sont néanmoins particulièrement représentées dans les emplois du secteur de l’administration publique, de l’enseignement, de la santé et de l’action sociale. Elles ne représentent que 45,3 % des emplois du secteur du commerce, transports, services divers et 32,6 % des emplois du secteur industriel. Leur représentativité n’est que de 13,5 % dans la construction.

Le tissu économique de Fontenay-sous-Bois comprend les domaines de :

À côté de ces établissements existent plusieurs entreprises qui réalisent chacune plus de trente millions d’euros de chiffre d’affaires et qui possèdent leur siège social dans la ville : Univar, VWR international, Vaillant Group, Diversey, Cenexi[139], Avestra, Sabrié, Merck Chimie, Sab, Étoile des Nations, SNTPP…

Depuis le début des années 1970, la ville accueille une importante zone économique dans sa partie est qui s’étend sur près de 160 ha et qui est desservie par l’autoroute A86, les lignes de RER A et E qui desservent la Gare du Val de Fontenay ainsi que de nombreuses lignes de bus. La construction de cette zone, non prévue initialement[143], commence en même temps que celui du Val de Fontenay. L’hypermarché Auchan est ouvert en . S’ensuivent la construction de bureaux à partir de 1978[145] et l’arrivée de la Société générale durant la fin des années 1980 qui permet la création de 5500 emplois dans la commune.

La zone regroupe notamment un centre commercial régional doté d’un hypermarché et d’une centaine de boutiques, d’une zone d’activités et de plusieurs dizaines de milliers de m² de bureaux. Ils font de Val-de-Fontenay le premier pôle économique de l’est parisien, pour qui il est parfois considéré comme le pendant, mais sans avoir la même ampleur, du quartier d’affaires de La Défense de l’ouest parisien[147][148]. Des entreprises telles que Société générale, Axa ou BNP Paribas y sont implantées.

Hormis le centre commercial régional de Val-de-Fontenay, réunissant de nombreuses enseignes de franchises la ville possède trois grandes zones commerciales :

Fontenay accueille également deux marchés :

L’ancien marché Roublot n’existe plus.

Le nombre d’entreprises qui possèdent au des activités marchandes hors agriculture et présentent à Fontenay est de 2 971 établissements[149] La ville a vu la création de 532 entreprises en 2012

Sur une église du XIII siècle, une nouvelle église est bâtie à la fin du XIVe siècle. Les cloches sont baptisées en 1534, mais la nef n’est terminée qu’au milieu du XVI siècle. Au XIXe siècle, des dégâts importants causées par la foudre entraînent des restaurations sous la conduite de l’architecte Claude Naissant. À noter : les voûtes d’ogive de la nef, les fonts baptismaux, le tabernacle, des dalles funéraires, un retable du XIX siècle, deux toiles du XVIIIe représentant la Sainte Famille et saint Sébastien, retrouvées lors de travaux de toitures et rénovées pour exposition.

En 1858, il est décidé de construire une nouvelle mairie d’après les plans de l’architecte Naissant. Terminée en 1859, elle est agrandie en 1931. En 1972, la mairie quitte le bâtiment lors de l’édification du nouvel hôtel de ville. Depuis 1987, l’ancienne mairie est le siège de la Maison de l’habitat, de l’équipement et du cadre de vie.

Le bâtiment originel est construit au début du XVIII siècle. Il est dévasté par les Alliés en 1815. Le bâtiment actuel est bâti au milieu du XIXe siècle. En 1893, l’Institution Sainte-Anne transforme le château en pensionnat de jeunes filles. En 1923, les religieux franciscains achètent le domaine par l’intermédiaire de M Dreyer et il devient le Petit séminaire des Missions franciscaines. Il va marquer l’histoire de Fontenay au XXe siècle et éduquer des générations de garçons de la commune et d’ailleurs, dont certains entreront dans les ordres ou plus spécifiquement deviendront missionnaires. Pendant l’occupation (1940-1944), c’est un foyer de résistance à l’occupant allemand. En 1967, l’établissement d’enseignement ferme et le séminaire de la Mission de France s’y installe. DE 1973 à 1987 elle abrite un foyer d’accueil pour les réfugiés politiques latino-américains. Plus de 770 personnes y séjournent durant cette période.

À la fin du XX siècle, la commune rachète le bâtiment et en fait la Maison du Citoyen et de la Vie Associative.

À la fin du XIX siècle, la famille Gaveau installe son usine à Fontenay et implante une cité ouvrière. Au rez-de-chaussée du bâtiment principal, dans une galerie de 75 mètres de long, on débite les bois acheminés par un raccordement ferroviaire sur la ligne de Vincennes. Une machine de 300 chevaux-vapeur fournit l’énergie aux divers ateliers. Les tables d’harmonie sont mises à sécher pendant plusieurs mois à une température constante de 30°.
À la grande époque, 2 000 pianos sont produits chaque année. L’usine emploie 350 ouvriers. Surélevée au début du XXe siècle, l’usine est ravagée en 1908 par un incendie. Un an plus tard, elle est remise en fonction.
Le 8 mars 1918, durant la première Guerre mondiale, l’usine de pianos Gaveau est touchée lors d’un raid effectué par des avions allemands.
Les bâtiments sont repris dans le courant du XXe siècle par l’entreprise Roche.

Le fort de Nogent est bâti de 1841 à 1844. Destiné à barrer l’accès est à la capitale, le fort est établi sur la commune de Fontenay, mais est dit de Nogent en raison de la tradition qui veut qu’un fort soit baptisé du nom de la ville qu’il défend. Il connaît son baptême du feu durant la guerre de 1870. En décembre, les canons prussiens bombardent le fort. Il ne tombe pas mais est livré aux Prussiens lors de la reddition du . Aujourd’hui, il abrite le Groupement du recrutement de la Légion étrangère (GRLE).

Elle est construite rue Roublot en 1928 dans le style des halles Baltard pour abriter le marché. Durant la fin des années 2000, elle a été convertie en équipement culturel en regroupant la NEF (un espace consacré aux expositions), d’un théâtre de marionnettes, et du Comptoir lieu consacré à la musique),.

Disparue durant la Seconde Guerre mondiale, la Fontaine des Rosettes fut retrouvée par hasard, des années plus tard, chez un antiquaire d’Antibes. Récupérée par la ville de Fontenay, elle a été réinstallée dans le quartier des Rosettes, où on peut la voir aujourd’hui.

La ville acquiert, après délibération du conseil municipal en date du , un kiosque à musique construit pour l’Exposition universelle de 1900. L’Orchestre des régiments casernés à Vincennes venait y donner des concerts.

Le , Fontenay-sous-bois reçoit le label « Ville Internet@@@@@ 2010 », distinction des collectivités les plus dynamiques pour le développement de l’internet citoyen, conservée sans interruption jusqu’en 2021. En 2021, Fontenay a été labellisée pour trois années « Territoire d’Excellence Numérique ». La ville met à disposition des points d’accès Wi-Fi publics et gratuits dans différents bâtiments communaux et depuis en extérieur dans le bas du parc de l’hôtel de ville. La ville organise chaque année depuis 2010 un colloque intitulé Internet solidaire en partenariat avec l’association Villes Internet et la Délégation aux Usages d’Internet (DUI).

Elle possède depuis un tiers-lieu municipal numérique appelé La Forge.

La ville a servi de cadre à plusieurs films :

Publication récente

Avis Clients

Ce que nos clients disent de nous

Notre entreprise en chiffre

Quelques chiffres sur Pro Couverture 94

Pro Couverture 94 vous propose de multiples services dans le Val-de-Marne (94). Découvrez ici les chiffres dont nous sommes fiers !

Ans d'expériences
+ 0
Interventions en 2022
+ 0
Toitures Réalisées en 2022
+ 0
Entreprises Partenaires
+ 0

Un peu plus sur notre entreprise

FAQ

Notre société pourra aller partout pour réaliser l’installation de toiture, la maintenance ou la rénovation, le nettoyage, l’installation de système de canalisation, l’isolation de vos combles ou bien alors la fixation de fenêtre dans la ville de Fontenay-sous-Bois et au alentour. N’ayez pas peur de nous joindre dans le doute. Nous ferons un plaisir de vous rendre service en tant qu’agent couvreur au sein de la ville de Fontenay-sous-Bois.

Pour le nettoyage et démoussage de toiture à Fontenay-sous-Bois, nous vous conseillons les solutions anti-mousse s’emploient par vaporisation légère, vous ne verrez pas d’effet tout de suite. La disparition de la mousse et des lichens, des micro-organismes ne sera visible quelques semaines après en vue de faire apparaitre les premiers effets. Traitement hydrofuge L’hydrofuge, il s’agit d’un traitement qui va fortifier votre toiture face aux intempéries. Un produit a un effet perlant, qui laissera l’eau de ruisseler sur votre toiture, et qui transportera avec elle les poussières, les préservant contre la formation de dépôt de souillure ou bien de mousse. Cette pratique optimise l’espérance de vie de votre toiture.
La pérennité générale d’un toit en tuiles peut aller jusqu’à environ une trentaine d’années. Toutefois, la couverture pourra perdurer pendant un délai optimal si elle a fait l’objet, durant sa vie, d’entretiens réguliers notamment des démoussages, la révision des ciments sur les solins et la cheminée et le nettoyage des gouttières et chéneaux.
Faire l’entretien de sa toiture de maison permet de vous prémunir des mauvais temps, mais surtout de garder la qualité de votre construction. En fait, une couverture en parfait état est gage de sérieux pour le bien être de sa famille. Les choses qu’il faut penser à vérifier fréquemment à Fontenay-sous-Bois sont l’impénétrabilité et le vieillissement de l’ossature. Pour être sûr du parfait état de votre revêtement, faites nettoyer la surface du toit en appellant un couvreur qualifié pour enlever les mousses et les divers débris qui peuvent l’endommager. De même, il est important de contrôler l’encastrement et la vidange du mécanisme des ouvertures de toit. La vérification de la pose des tuiles ou ardoises sur le toit est également un point sur lequel il faut être vigilant, spécialement à la suite des mauvais temps. L’ossature de la charpente ne ferait pas l’objet des aux écoulements et un contrôle de la présence d’insectes xylophages (termites, capricornes) devrait être réalisé régulièrement par un couvreur. Bénéficiez des services de modernisation de votre couverture pour envisager une autre isolation appropriée et gagner en confort, été comme hiver.
Conseils & Actualités

Actualités

couvreur en plein travail

Comment trouver un bon couvreur ?

Si vous désirez installer une nouvelle couverture ou sinon faire des missions de dépannage, il convient de miser sur les compétences d’un artisan couvreur spécialiste,

Lire plus »

Une question ? Un besoin ?

On vous rappelle

Inscrivez votre numéro de téléphone ci-dessous et on vous rappellera rapidement.