...

Nettoyage et démoussage de toiture à Saint-Maur-des-Fossés (94100)

Vous souhaitez éliminer les mousses, lichens et champignons de votre toiture ? Pro Couverture 94est spécialisé dans le nettoyage de toiture à Saint-Maur-des-Fossés et le traitement de surface sans altération. Nous utilisons des solution de nettoyage respectueuse de l’environnement. N’hésitez pas à nous poser vos questions sur le nettoyage de toiture si vous en avez.

logo artisan

Nous contacter

artisan qualifié et expérimenté 94
Artisan
Qualifié
garantie décennal 94
Garantie Décennale
devis gratuit couvreur val de marne
Devis
Gratuit
tarifs compétitifs 94
Tarifs Compétitifs
avis clients bon satisfaction 94
Satisfaction Clients ✓

Nettoyage & Démoussage de Toiture à Saint-Maur-des-Fossés, 94100

L’entretien de la toiture à Saint-Maur-des-Fossés est un travail de première nécessité. Il s’agit d’un moyen d’assurer le confort intérieur, mais sûrement et également les matériaux qui composent le toit. Grâce à un personnel qualifié dans le métier, Pro Couverture 94 entreprend des projets de nettoyage de toiture et vos travaux de couvreur à Saint-Maur-des-Fossés ainsi que dans le département des Val-de-Marne. Ainsi, si vous habitez aux alentours, vous pouvez disposer le déplacement gratuit de nos agents. En tant que couvreur à Saint-Maur-des-Fossés, nous livrons en effet des travaux de qualité quel que soit le modèle de votre toit.

nettoyage toiture Saint-Maur-des-Fossés 94100

Pourquoi le nettoyage de toit à Saint-Maur-des-Fossés est nécéssaire ?

Le nettoyage de toiture est indispensable puisqu’annuellement, les algues, les lichens et les mousses peuvent s’amonceler à la superficie de votre bâtisse et ce n’est pas très beau à voir. En plus, ces plantes parasites risquent de ternir à la qualité de votre toit en causant des intrusions d’eau ou des défauts de toiture. Rappelez-vous que le nettoyage des toits à Saint-Maur-des-Fossés devrait être réalisé tous les ans, quel que soit votre type de couverture de toit. Si vous avez des tuiles comme matière de couverture, l’idéal est de faire le nettoyage et le démoussage deux fois par an.

Le Produit anti-mousse de toit

Aussitôt que les mousses et les autres végétaux parasitaires ont infecté votre toit, ceux-ci risquent de ternir à la performance de votre édifice. Dans le cas où vous n’effectuez pas les traitements convenables, votre toiture risque de avoir des problèmes d’intrusion d’eau voire de défaut de toit, entre autres. Lorsque nous réalisons le nettoyage des toits à Saint-Maur-des-Fossés (94100), nous réalisons une solution anti-mousse du toit. Cette tâche consiste à mettre un produit fongicide ou bien algicide sur la toiture pour que les mousses soient entièrement et immédiatement éliminées. Souvenez-vous que le démoussage de toiture doit être effectué tous les 5 ans. Cela s’accomplit à l’aide de diverses solutions

  • Le traitement anti-mousse : après un grand nettoyage de votre toiture, la solution anti-mousse permettra d’empêcher la réapparition des herbes gênantes. Il existe deux catégories de traitement : ceux qui se rincent et ceux qui n’ont pas besoin de rinçage.
  • Le traitement hydrofuge : c’est une solution anti-humidité, qui permet de lutter de façon efficace contre les infiltrations d’eau.
  • La pose d’un filtre cuivre : ce dernier s’oxydera avec l’eau, ce qui permet d’éradiquer complètement la mousse.

L'entretien et le démoussage de vos toitures à Saint-Maur-des-Fossés sous la prise en charge d’un professionnel

démoussage de toiture Saint-Maur-des-Fossés


Vous avez une couverture en tuiles ? Cette matière est très sensible à l’invasion des algues, des lichens et des mousses. Si vous souhaitez avoir une belle couverture tout au long de l’année, l’entretien et le démoussage de toits devraient être effectué deux fois en une année. Nous ferons les travaux avec un dispositif de vaporisation, d’un nettoyeur à pression, entre autres. Nous connaissons le traitement adapté à ce type de couverture. Afin d’avoir un rendu impeccable, ne jamais nettoyer vous-mêmes vos toitures. Pourquoi ne pas faire appel à un charpentier couvreur qualifié à Saint-Maur-des-Fossés comme Pro Couverture 94 ?

Comment s’accomplit l’opération de démoussage et de nettoyage d’une toiture à Saint-Maur-des-Fossés?

 

  1. Premièrement : le travail de nettoyage manuel des débris et végétaux sur la toiture.
  2. Deuxièmement, le suivi de l’étanchéité de la toiture : jointures en zinc, gouttières, solins, tuyau d’écoulement, faîtage …
  3. Et en dernier lieu l’application d’un traitement préventif permettant de retarder la présence des mousses.

 

Ainsi, peu importe si c’est pour assurer le démoussage de vos toits ou encore pour le entretien de vos toitures, nos nos agents expérimentés peuvent assurer les projets d’étanchéité comme la finition par injection hydrofugée ou alors la finition par injection hydrofugée .
Nous pouvons également assurer les revêtements d’étanchéité en couleur.

Nous Appeler

À propos de Saint-Maur-des-Fossés

Saint-Maur-des-Fossés (prononcé : /sɛ̃.mɔʁ.de.fɔ.se/) est une commune française située dans le département du Val-de-Marne, en région Île-de-France.

Située dans la banlieue sud-est de Paris, la commune de Saint-Maur-des-Fossés est une presqu’île entourée par une boucle de la Marne, rivière traversée par sept ponts (cinq routiers, deux ferroviaires) et deux passerelles : le pont de la Libération (anciennement du Petit Parc), pont ferroviaire fret, le pont de Champigny, le pont de Chennevières, le pont ferroviaire du RER A, le pont de Bonneuil, la passerelle de la Pie, le pont de Créteil et la passerelle du Halage.

La superficie de la commune est de 1 125 hectares, l’altitude varie entre 32 et 53 mètres.

La ville est limitrophe de : Joinville-le-Pont, Champigny-sur-Marne, Chennevières-sur-Marne, Sucy-en-Brie, Bonneuil-sur-Marne, Créteil et Maisons-Alfort.

Une station existe depuis le 1 décembre 1872 à 48° 48′ 32″ N, 2° 29′ 34″ E, à 50 m d’altitude[3].

Comme toute l’Île-de-France, Saint-Maur-des-Fossés bénéficie d’un climat océanique dégradé.

La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1872 permet de connaître en continu l’évolution des indicateurs météorologiques. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Saint-Maur-des-Fossés est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l’Insee,,,. Elle appartient à l’unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[9] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue,.

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal. Cette aire regroupe 1 929 communes[12][13].

Jusqu’au milieu du XIX siècle, la plus grande partie du territoire est encore occupée par les bois et les champs, l’urbanisation se limitant au nord-ouest, mais l’arrivée du chemin de fer et le lotissement du territoire modifient rapidement sa physionomie, comme le montrent les cartes anciennes[15]

Aujourd’hui, Saint-Maur est divisée en huit quartiers (parfois dénommés « villages ») :

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 37 395, alors qu’il était de 36 788 en 2013 et de 36 600 en 2008.

Parmi ces logements, 91 % étaient des résidences principales, 1,7 % des résidences secondaires et 7,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 35,4 % d’entre eux des maisons individuelles et pour 63,8 % des appartements.

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Saint-Maur-des-Fossés en 2018 en comparaison avec celle du Val-de-Marne et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (1,7 %) inférieure à celle du département (1,8 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d’occupation de ces logements, 62,9 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (61,4 % en 2013), contre 45 % pour le Val-de-Marne et 57,5 pour la France entière.

La commune compte 6,87 % de logements sociaux en 2011, 9 % en 2022, loin des objectifs de mixité de l’habitat prévus par la Loi SRU. Elle est qualifiée par le gouvernement en 2012 de « commune récalcitrante », ce qui l’amène à payer des pénalités importantes, comme 3,5 millions d’euros en 2015 ou 6,7 millions en 2022, malgré les protestations renouvelées de la ville[17][18][19][20][16].

En 2020, le conseil municipal approuve un contrat de mixité sociale passé avec l’État, qui prévoit que la ville devra atteindre 12 % de logements sociaux d’ici 2022, ce qui représente un effort significatif par rapport au taux de 2020 de 8,81 %, loin des prescriptions légales qui fixe le minimum légal à 25 % pour la ville. Pour permettre cette croissance du parc de logements sociaux, la ville s’appuie sur son plan local d’urbanisme (PLU), qui impose 30 % d’habitat social dans chaque nouvelle construction supérieure à 12 logements. Le maire indique en 2020 « Saint-Maur a réalisé 2041 logements depuis le nouveau PLU en 2017, dont 910 logements sociaux répartis sur pas moins de 36 opérations dont des immeubles[22] ». Néanmoins, la préfecture a repris l’instruction des permis de construire et autres autorisations d’urbanisme en février 2021,.

Saint-Maur-des-Fossés est une des communes les plus aisées de la banlieue parisienne.

Par mesure de sécurité routière, la municipalité a fait le choix de la priorité à droite aux intersections, par conséquent, sur la commune il y a très peu de panneaux stop ainsi que pratiquement aucun cédez-le-passage. Sur les ronds-points, la priorité est généralement à droite à l’exception de trois ronds-points (notamment la place d’Adamville-Kennedy) pour lesquels il y a un cédez-le-passage.

De même la ville n’abritait que très peu de zones 30 et seulement un kilomètre de double-sens cyclable depuis octobre 2010 sur ses 186 km de voirie[25]. Situation caduque depuis le 1er février 2021 puisque la limitation à 30 km/h de toutes les voies permet de facto aux cyclistes d’y rouler dans les deux sens[27]. Sur 59 carrefours équipés de feux tricolores, un seul est équipé de sas vélo à l’entrée du pont de Bonneuil. Un seul couloir de bus, celui du TVM, est totalement interdit aux cycles.

La structure des voies de circulation a peu évolué depuis la vague d’urbanisation du XX siècle. Quelques grands axes « traversants » sont géré sous le statut de voirie départementale, notamment les avenues du Bac, Foch, Louis-Blanc, Alma ainsi que les boulevards de Champigny, de Créteil, Rabelais… Les autres voies de la ville sont sous régime communal ou privé (rue du Docteur Meige) et présentent une structure de circulation hétérogène sans cohérence particulière.

Les anciennes voies charretières ont suivi l’évolution urbanistique traditionnelle avec un élargissement limité et une organisation de l’espace en trottoirs et chaussées séparées.

Malgré un relief qui se prête bien à la pratique du vélo, Saint-Maur est une ville en retard dans le développement des infrastructures cyclables, au point d’avoir reçu en 2016 le « Clou Rouillé » de la part de la Fédération française des usagers de la bicyclette.

En réaction, la Ville accélère l’adaptation de ses infrastructures routières à l’usage cyclable par l’implantation de dispositifs de stationnement sur l’espace public (arceaux vélos) et la réalisation d’un tronçon cyclable en site propre, une piste bidirectionnelle le long du Quai de la Pie, entre le pont de Bonneuil et la Passerelle de Halage.

En 2019, la ville a annoncé que des sas vélo seront implantés aux carrefours régulés par des feux tricolores au fur et à mesure de la réfection des chaussées, et que des zones de circulation apaisée seront créées notamment dans le quartier des Bagaudes, afin de permettre aux saint-mauriens de relier en sécurité le chemin de halage, sur les berges de la Marne à Saint-Maurice, leur permettant ainsi de rallier le centre de Paris depuis Saint-Maur dans un environnement cyclable 100 % protégé.

Après la fin du confinement en mai 2020, le département du Val-de-Marne a décidé d’implanter une coronapiste sur la D86, traversant Saint-Maur. Cette dernière entraînant des embouteillages, elle est retirée en septembre 2020 sous la pression des maires de Saint-Maur et de Créteil. Cette décision est dénoncée par les associations cyclistes locales comme Place au Vélo Saint-Maur, dont l’ancien président affirmait que cette piste avait permis d’augmenter la part modale du vélo dans la ville de 1,5% à 12%[32].

À l’été 2020, la plupart des carrefours ont été équipés de panonceaux M12 (équivalent à un feu orange clignotant) permettant aux cycles de virer à droite (si la voie est dégagée) lorsque le tricolore est au rouge.

Le , un arrêté municipal est signé afin que l’ensemble de la circulation dans la ville soit limitée à 30 km/h (les demandes auprès du département et du préfet pour les quatre voies dépendant de leurs autorités ont reçu satisfaction). Ce faisant, toute la voirie est désormais autorisée au double-sens cyclable depuis le 1er février 2021, date effective d’application.

À la suite de la troisième édition du baromètre des villes cyclables de la FUB dont les résultats ont été révélés en février 2021, la ville de Saint-Maur a reçu la note de E. Le classement utilisé allant de « A+ » (excellent) à « G » (très défavorable), la note attribuée à Saint-Maur correspond à l’appréciation « plutôt défavorable ».

La commune est desservie par :

La commune sera desservie par :

Du nom de saint Maur, saint né à Rome au VI siècle apr. J.-C. Une abbaye Saint-Pierre-du-Fossé (la presqu’île étant sur un éperon rocheux, le fossé représentait le bas pentu vers la Marne) fut fondée au VIIe siècle. Au IX siècle les reliques de saint Maur furent apportées à l’abbaye. À la suite de miracles, les moines changèrent le nom de l’abbaye qui devint Saint-Maur-des-Fossés.

Le hameau de Saint-Hilaire se trouve dans la plaine nommée Varenne (qui désigne à l’époque tout le reste de la presque-île).

Le hameau du port de Créteil (à l’emplacement de l’actuel pont de Créteil) est mentionné dès le haut Moyen Âge.

Un texte ecclésiastique du XI siècle mentionne un retranchement des bagaudes dans Saint-Maur-des-Fossés, au lieu Bagaudarum castrum. Une porte de Paris dans la direction de Saint-Maur-des-Fossés aurait reçu, en mémoire des Bagaudes, le nom de porta Bugaudarum puis, par abréviation, porta Bauda[35]. Un boulevard des Bagaudes existe dans la commune de Saint-Maur-des-Fossés ; la plaque porte la curieuse mention « peuplade gauloise ». Cependant, ce n’est qu’au XIV ou au XVe siècle que ce texte a été ajouté au manuscrit du XI siècle sur la vie de saint Babolin, premier abbé de Saint-Maur au VIIe siècle. Il n’y a aucune peuplade gauloise portant le nom de « Bagaude ». En revanche, le mot latin Bagaudæ serait bien emprunté au gaulois et pourrait signifier « combattants »[37]. Les bagaudes étaient des milices combattues par l’Empire agonisant, du III au Ve siècle, dans la partie de la Gaule qui deviendra la Neustrie.

Sous Clovis II, une abbaye est bâtie en 639 sur le territoire de la future commune de Saint-Maur. Elle prend le nom de « Saint-Pierre du Fossé » faisant ainsi référence au relief du lieu qui est très pentu jusqu’à la Marne. En 868, l’abbaye recueille les reliques de saint Maur. Un premier miracle a lieu au XII siècle, ce qui incite les moines à changer le nom de l’abbaye qui devient « Saint-Maur-des-Fossés ». D’autres miracles ont lieu et l’abbaye devient un lieu de pèlerinage comparable à Lourdes aujourd’hui. On vient y prier de toute l’Europe pour guérir la goutte ou l’épilepsie.

Au XIII siècle, on construit une église paroissiale dédiée à saint Nicolas de Myre, dans le style gothique.

Au XV siècle, le duc de Bourgogne, Jean sans Peur rencontre la reine Isabeau de Bavière, afin de négocier un traité de Paix entre les Armagnac et les Bourguignons. Ce traité en date du est connu sous le nom de Traité de Saint-Maur. Cependant, ce traité fut de nul effet, dans la mesure où le dauphin de France, représentant le parti Armagnac, et qui s’était réfugié à Bourges pour y organiser la Résistance contre les Bourguignons, refusa de le ratifier.

Au XVI siècle, le cardinal Jean du Bellay y fait construire un château en surplomb de l’abbaye, dans laquelle François Rabelais se réfugie en 1536. Le château appartiendra ensuite, en 1598, à Charlotte-Catherine de la Trémoille, qui le porta en dot au prince de Condé, puis à Catherine de Médicis mais est abandonné au milieu du XVIIIe siècle. Le château sera détruit en 1796.

En septembre 1590, lors du siège de Paris, le duc de Parme et gouverneur des Pays-Bas espagnols Alexandre Farnèse prend la ville, ce qui permet de ravitailler la capitale assiégée par Henri IV (huitième guerre de religion).

Après avoir subsisté pendant 900 ans, Clément VII, en 1533, pour punir les moines de scandales commis dans l’église Saint-Jean, les remplaça par huit chanoines. Les bâtiments mal entretenus tombent en ruines et sont vendus au prince de Condé au XVIII siècle.

Aujourd’hui détruite, l’abbaye n’existe plus et a laissé la place à un square dans lequel quelques ruines subsistent, telles la tour Rabelais, la villa Bourrières ou encore d’anciennes fortifications. Quant au château, il a laissé la place à de nombreux pavillons et à une sous-station d’EDF.

Au XVIII siècle la population de Saint Maur stagne. Il y a à la Varenne 12 feux en début de siècle et 15 feux en fin de siècle (avant la mise en place de l’état civil, on compte en nombre de feux (nombre de familles). La vie à Saint-Maur est en effet peu agréable. La Marne déborde souvent et le choléra augmente la mortalité infantile ; la majorité des terrains appartiennent à la famille de Condé.

En 1790, les deux paroisses de la presqu’île donnent naissance à trois communes : Saint-Maur et La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur sont issues de la paroisse Saint-Nicolas, cette dernière constituant une dissidence contestée par les autorités de Saint-Maur. La paroisse Saint-Hilaire donne naissance à la commune de La Varenne. Les deux municipalités de Saint-Maur et de La Varenne se réunissent en une commune unique le [40]. Par contre, La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur restera indépendante et deviendra plus tard Joinville-le-Pont.

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Vivant-sur-Marne.

Julien de Gaulle décrit le percement du canal de Saint-Maur dans sa Nouvelle histoire de Paris en 1841. Le but en est d’abréger de trois lieues la navigation sur la Marne. Le canal a deux parties : une section souterraine de 600 mètres, et 500 mètres à ciel ouvert. Louis Bruyère est chargé de son exécution. Ayant coûté 1 760 000 francs de l’époque, il est ouvert à la navigation le 10 octobre 1825.

La situation sanitaire s’améliore et la pression démographique de Paris s’accentue.

En décembre une vente à la criée des anciens terrains de Condé, propriété du duc d’Aumale permet à trois personnes appelées les grands lotisseurs d’acheter la moitié de la ville : J.C. de Moynat, qui devient maire de la ville, Henri Caffin à la Varenne, et François Adam qui fonde Adamville[15]. Les lotissements servent à construire les maisons du dimanche des Parisiens aisés. De nombreux manœuvriers de Seine-et-Marne proche viennent habiter la presqu’île en tant que maçons. La population qui stagne depuis un siècle à 800 personnes double pour atteindre 1 500 personnes en 1851.

Julien de Gaulle décrit comme suit la commune dans sa Nouvelle histoire de Paris en 1841 : « Saint-Maur-les-Fossés, l’un des villages de cette contrée qui offrent le plus de souvenirs historiques, est agréablement situé à l’extrémité du bois de Vincennes, dans la presqu’île formée par la Marne.
L’origine de ce village paraît remonter à une haute antiquité ; suivant quelques historiens, il a été fondé par des vétérans que César laissa dans les Gaules.
Saint-Maur est devenu célèbre par une abbaye de Bénédictins, fondée sous le règne de Clovis II, par un diacre de l’église de Paris, nommé Blidegisile. Après avoir subsisté pendant environ neuf cents ans, ce monastère fut sécularisé en 1533 ; son chapitre fut réuni, en 1750, à celui de l’église Saint-Louis-du-Louvre, à Paris, et l’abbaye presque entièrement détruite en 1786.
Les religieux de Saint-Maur, de même que tous les moines de l’ordre de Saint-Benoît, s’occupaient beaucoup de la culture des lettres ; ils ont rendu des services éminents à la science par leurs nombreuses publications. Cette illustre congrégation avait rassemblé, à Saint-Maur, la plus belle et la plus nombreuse bibliothèque de ce temps, laquelle passa., après la sécularisation, dans la bibliothèque du roi et dans celle de Saint-Germain-des-Prés, à Paris.
Rabelais avait été moine de ce couvent, et l’on prétend qu’il y composa son Pantagruel. »

La population qui stagne depuis un siècle à 800 personnes double pour atteindre 1 500 personnes en 1851. La Compagnie des Chemins de Fer de l’Est achète de nombreux terrains et construit une ligne de chemin de fer qui relie Saint-Maur à Paris : la ligne de La Bastille. Elle offre la possibilité aux Parisiens de se divertir dans les guinguettes de bords de Marne. Cette ligne continue à être exploitée par la SNCF jusqu’au 12 décembre 1969, date à laquelle la ligne est exploitée par la RATP pour l’établissement du RER A vers Boissy-Saint-Léger. Cette ligne dessert Saint-Maur-des-Fossés grâce à 4 gares : Saint-Maur-Créteil, Le Parc de Saint-Maur, Champigny-sur-Marne et La Varenne-Chennevières.

La population se développe alors rapidement pour atteindre 7 000 habitants en 1870.

Septembre 1870 : à la suite de la défaite de Sedan, l’armée française se replie à Paris qui est dès octobre complètement entouré par les armées allemandes. À l’est de Paris les positions de défense sont les différents forts de Nogent, Charenton… Les Allemands restent sur les hauteurs de Villiers Haut de Champigny et Chennevières. La Marne est la ligne de front. Mais Saint-Maur est dominée par les canons prussiens et les rumeurs de massacres se propagent, Boissy-Saint-Léger, Créteil sont pillés et détruits. Il est décidé de replier les habitants de Saint-Maur vers le XII arrondissement de Paris. Certains néanmoins restent dans une situation extrêmement difficile, cinq maires se succèdent en un an.

Octobre à novembre : la situation des Saint-Mauriens est celle catastrophique de tous les habitants du 12. Les plus pauvres doivent rapidement manger les chiens, les chats puis les rats[44]. Pour les plus riches les restaurants servent du chameau, de l’éléphant… On déguste le Jardin des plantes : même son célèbre couple d’éléphants Castor et Pollux ne sont pas épargnés. Des anecdotes signalent des Saint-Mauriens restés dans la ville qui tentent d’apporter les légumes de leurs champs à leurs familles de Paris sous le feu des Prussiens.

28 novembre – 3 décembre : bataille de Champigny ; la situation dans Paris n’est plus tenable. Il faut tenter une jonction avec l’armée de la Loire. Simultanément celle-ci attaque au nord vers Orléans et l’armée de Paris tente une sortie avec 200 000 hommes. Bien évidemment les Allemands s’attendent à cette jonction, d’où l’idée de l’état-major français de faire une attaque de diversion au sud à Avron mais de porter la principale attaque sur Champigny qui portera ensuite le nom de Champigny-la-Bataille. Onze ponts seront lancés simultanément à Joinville pour l’infanterie ; Saint-Maur sera le lieu des batteries de canons qui détruiront les canons des collines de Champigny et Chennevières. Le début de l’offensive est une réussite. Les Allemands sont vite débordés sur la plaine de Champigny, écrasés par les batteries du fort de Nogent.

Ensuite cela change rapidement ; les Français se font massacrer dans les montées sur le plateau de la Brie. Les batteries saint-mauriennes sont inefficaces pour appuyer l’infanterie. Elles sont de trop petits calibres et vite repérables d’en haut et donc détruites. C’est le cas de la batterie d’Adamville. L’attaque s’enlise, les Français dorment dans un froid terrible, ils sont affamés et peu sont des militaires de métier. D’autre part, les nouvelles de l’armée de la Loire sont catastrophiques (le 4 décembre, cette armée sera définitivement battue à Orléans). L’état-major hésite et fait une pause. La Croix-Rouge suisse ramasse de nombreux morts et blessés. Pendant cette trêve, les armées allemandes du sud de la banlieue arrivent en renfort et entament une contre-attaque. L’armée française échappe à la destruction complète en se repliant sous la protection des batteries des forts. Le 3 décembre, la ligne de front est revenue sur ses positions d’avant l’offensive française et les derniers espoirs sont envolés. La France capitule en janvier,.

À partir de 1894, Saint-Maur-des-Fossés s’équipe d’un réseau de tramways. Inauguré le 19 mars 1894, il s’agissait du 4e réseau de tramways à air comprimé créé en France après ceux de Nantes, Nogent-sur-Marne et Paris. Le réseau de la Compagnie des Tramways de Saint-Maur-des-Fossés (TSM) était composé de trois lignes équipées à l’origine de tramways mécaniques Mékarski qui furent ensuite électrifiées à partir de 1900 et intégrées aux Tramways de l’est parisien. Les tramways circulèrent jusqu’au milieu des années trente avant d’être remplacés par un réseau d’autobus.

Au début du siècle, deux inondations touchent la ville : la crue de 1910 (la plus terrible avec plus de 2 mètres d’eau dans les rues) et celle de 1924.

L’abbé Émile Morel, curé de la paroisse Saint-Hilaire et résistant, sauva une vingtaine d’enfants juifs sous l’occupation.

En , une trentaine d’orphelins de confession juive de La Varenne sont déportés à Auschwitz-Birkenau en Pologne et sont immédiatement gazés,.

En 1790, le hameau de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur fait sécession d’avec Saint-Maur-des-Fossés sous l’impulsion du vicomte Boniface de Mirabeau, député de la noblesse à l’Assemblée constituante de 1789, qui résidait alors dans le château de Polangis.

Les habitants (409 en 1793) sont conduits par Edme Lheureux, marchand de bois, et prennent argument de l’existence d’un lieu de culte, la chapelle Saint-Léonard, pour justifier leur démarche. Le maire de Saint-Maur proteste et adresse une plainte à la municipalité de Paris le 5 mai 1791. Des démarches identiques seront renouvelées jusqu’en 1830 par les élus de Saint-Maur.

La nouvelle commune est baptisée Joinville-le-Pont en 1831.

Jusqu’en 1791, la ville était composée de deux villages distincts, Saint-Maur proprement dit et La Varenne-Saint-Hilaire. La distinction entre ces deux villages subsiste à travers deux bureaux distributeurs et code postaux : 94100 (Saint-Maur) et 94210 (La Varenne-Saint-Hilaire). De même, il existe aujourd’hui encore un quartier délimité appelé La Varenne. Il est à noter que le bureau distributeur de La Varenne-Saint-Hilaire couvre un secteur plus vaste que celui du quartier de La Varenne.

Une flamme d’oblitération de la Poste de l’année 1989 à l’intitulé de Varennes-Saint-Hilaire représente la grille d’entrée du carré Médicis et comporte les mentions horizontales suivantes : bibliothèque annexe, ouverture du carré Médicis et Maison de village Varenne  ; elle inclut aussi 2 lignes verticales titrées Musée Artothèque.

Jusqu’à la loi du 10 juillet 1964, la commune faisait partie du département de la Seine. Le redécoupage des anciens départements de la Seine et de Seine-et-Oise fait que la commune appartient désormais au Val-de-Marne à la suite d’un transfert administratif effectif le .

La commune était le chef-lieu du canton de Saint-Maur-des-Fossés du département de la Seine. Lors de la création du Val-de-Marne, la commune est divisée entre les cantons de Saint-Maur-des-Fossés-Ouest, Saint-Maur-des-Fossés-Centre et de Bonneuil-sur-Marne. Ce dernier est scindé en 1984, afin de permettre la création du canton de Saint-Maur-La Varenne.

Lors du redécoupage cantonal de 2014 en France, les trois cantons de Saint-Maur-des-Fossés sont supprimés pour permettre la constitution des nouveaux cantons de Saint-Maur-des-Fossés-1 et de Saint-Maur-des-Fossés-2.

Tous les cantons font partie de la 1 circonscription du Val-de-Marne depuis 2012 tandis qu’avant le redécoupage le canton de Saint-Maur-des-Fossés-Ouest était rattaché à la 7e circonscription.

La commune n’était membre, jusqu’en 2015, d’aucune intercommunalité à fiscalité propre.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la volonté gouvernementale de favoriser le développement du centre de l’agglomération parisienne comme pôle mondial est créée, le , la métropole du Grand Paris (MGP), dont la commune est membre[53].

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015 prévoit également la création de nouvelles structures administratives regroupant les communes membres de la métropole, constituées d’ensembles de plus de 300 000 habitants, et dotées de nombreuses compétences, les établissements publics territoriaux (EPT).

La commune a donc également été intégrée le à l’établissement public territorial Paris-Est-Marne et Bois[54].

Au second tour de l’élection présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy a obtenu 59,76 % des voix exprimées, confirmant la tendance politique de la commune qui vote traditionnellement plus à droite que la moyenne nationale.

Au second tour des élections municipales de 2014, le nombre d’inscrits était de 51 630, celui des votants de 30 049 soit une participation de 58,2 % avec 2,91 % de bulletins blancs ou nuls.

La liste UMP menée par Sylvain Berrios a recueilli 9 324 voix 31,99 % devant deux autres listes de Divers droite celle de Henri Plagnol 8 159 voix (27,96 %) et celle de Nicolas Clodong 7 122 voix (24,41 %) et la Liste d’Union de la Gauche d’Élisabeth Bouffard-Savary avec 4 561 (15,63 %).

Depuis 2014 face à la majorité municipale « Saint-Maur notre choix » et à son maire Sylvain Berrios (U.M.P) (33 élus) l’opposition municipale est représentée par trois groupes: « Fidèle à Saint-Maur », (7 élus) Divers droite, « Saint-Maur, demain un nouveau souffle pour Saint-Maur et ses villages », (6 élus) Divers droite et « Saint-Maur écologique et solidaire » (3 élus)(P.S & écologiste).

Sept maires se sont succédé depuis la Libération de la France :

À la fin de l’exercice budgétaire 2018, le plus récent pour lequel on dispose des résultats définitifs, la ville présente une situation financière dégradée.

La fondation IFRAP, un think-tank libéral, lui attribue, pour la période 2014-2018, la note de 7,2 /20, l’une des pires attribuées parmi les 80 villes les plus importantes de France. Le niveau de la dette de la ville est le critère le plus significatif avec une dette de 3 511 euros par habitant qui en fait une des villes la plus endettées de France[64].

Entre 2014 et 2018, le montant total de la dette est passé de 215 365 M€ (p. 268) à 263 380 M€[66] (p. 106) en augmentation de 48 millions d’euros sur la période.

À fin 2019, la dette de Saint-Maur atteint 218,060 M€, soit une baisse de 17 % en six ans.

Les indicateurs courants de gestion sont à un niveau inquiétant. L’épargne réalisée sur les recettes de fonctionnement parvient à grand peine à rembourser l’annuité de la dette et ne dégage qu’un autofinancement net (épargne nette) négatif : −1,7 million d’euros sur la période 2014-2018 (p. 12, ligne épargne nette, calcul consolidé 2014-2018) et dans le rapport de présentation 2019[69](p. 6, ligne épargne nette).

Les recettes de la ville sont annuellement amputées de sommes importantes en raison d’une pénalité qui sanctionne le défaut de respect par la ville de la loi Solidarité et Rénovation Urbaine. En 2019, le montant de cette pénalité, un des plus importants de l’ensemble de la Région Ile de France, s’est élevé à plus de 6,5 millions d’euros(p. 25, ligne taxe SRU).

Pour financer, entre 2014 et 2018, un modeste programme d’investissement, inférieur de 38 % au niveau moyen des villes comparables, la ville a été contrainte de vendre 50 millions d’euros de propriétés communales.

Les perspectives d’autofinancement net pour les années 2019-2021 sont tout aussi inquiétantes, évaluées en moyenne annuelle à 1,1 million d’euros, ce qui s’avère insuffisant pour financer correctement des investissements annuels évalués à 20 millions d’euros, sans recourir à l’accroissement de l’emprunt. Le ratio de la capacité de désendettement de la ville, qui devrait normalement se situer à 12 années, est de 16 années, après avoir dépassé les 30 années entre 2014 et 2016[69]. Il ne pourra donc que se dégrader davantage.

Le niveau des impôts locaux est important. Ils ont augmenté de 17,5 % entre 2014 et 2018.

Public :

Privé :

Publics :

Privés :

Des classes préparatoires aux grandes écoles sont présentes dans deux lycées de la ville :

La ville possédait également dans le quartier de La Varenne-Saint-Hilaire une faculté de droit et des sciences économiques, antenne de Paris-XII, ouverte en 1969. Ainsi jusqu’en septembre 2005, le droit était enseigné à l’antenne de Saint-Maur, tandis que la filière sciences économiques y était dispensée jusque dans la fin des années 1990. Mais face à la vétusté grandissante du site de Saint-Maur, de nouveaux locaux sont construits à Créteil, mettant un terme à la l’enseignement universitaire à Saint-Maur-des-Fossés[72]. Désaffecté depuis 2005, le bâtiment universitaire est démoli à partir de 2016 pour faire place à un nouveau collège Pissarro et un nouveau centre sportif Gilbert-Noël dans un premier temps en 2018, puis un écoquartier comprenant 400 logements, des équipements et de nombreux commerces en 2024.

La ville de Saint-Maur-des-Fossés possède une clinique, la clinique Gaston-Métivet, qui fait également office de maternité.

Existait également jusqu’en janvier 2004 une clinique Marcelin-Berthelot, qui fut délocalisée à Villiers-sur-Orge (Essonne) pour cause de difficultés financières,.

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d’une enquête par sondage auprès d’un échantillon d’adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans,.

En 2020, la commune comptait 74 520 habitants, en diminution de 1,02 % par rapport à 2014 (Val-de-Marne : +3,15 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Trois principales associations ainsi que des clubs se partagent le paysage sportif de Saint-Maur :

Il existe également d’autres associations à vocation sportive, traitant notamment des sports de combat ainsi que plusieurs enseignes de type « clubs de remise en forme ».

Les équipements sportifs sur la commune sont nombreux : stades, piscines, gymnases, centre hippique, roller-parc, base nautique, etc.

La ville possède un magazine municipal appelé Saint-Maur Infos. Il est distribué gratuitement aux riverains et est accessible en ligne. Constitué d’une quarantaine de pages, il contient des informations relatives à la vie locale, la vie associative, la culture, les futures évènements de la ville, etc.

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 39 130  ce qui plaçait Saint-Maur des Fossés au 2 957 rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[90].

Il existe un réseau de petites entreprises assez dense, surtout dans le sud de la ville (quartier de La Pie). Les principales entreprises implantées sur la commune sont : RATP (dépôt), Essilor (était présente via un centre de recherche qui vient de quitter la commune) et Septodont (production).

En matière d’économie sociale et solidaire, on peut noter ;

Saint-Maur accueille différents équipements culturels :

Saint-Maur-des-Fossés est un lieu de pèlerinage depuis le XI siècle. Selon la Tradition, le , une statue de la Vierge acheiropoïète, c’est-à-dire non faite de main d’homme, fut découverte. L’événement donna lieu à un pèlerinage pendant près de neuf siècles, qui fut aussi important que l’est celui de Lourdes de nos jours. Le pèlerinage fut interrompu en 1968 pour des raisons inconnues, mais reprit en 1988. À partir de 2002 le pèlerinage des familles s’est perpétué le samedi le plus proche du 8 décembre. En 2002, des guérisons surprenantes ont été constatées[93].

La java de La Varenne, évoquant ce quartier de Saint-Maur, est une chanson de Jean-Roger Caussimon et J. Datin interprétée notamment par Philippe Clay, Mouloudji et Caussimon lui-même.

C’est sur la place d’Armes à Saint-Maur-des-Fossés, que fut construit le décor de l’immeuble si pittoresque, où habite, au dernier étage, M. Hulot, dans Mon oncle. Une statue représentant M.Hulot et son neveu est érigée sur cette même place.

Le drapeau de la ville s’inspire des couleurs du blason. Bicolore bleu et jaune, divisé verticalement, on peut le retrouver sur le fronton des postes de police ou encore de la bibliothèque municipale.

Publication récente

Avis Clients

Ce que nos clients disent de nous

Notre entreprise en chiffre

Quelques chiffres sur Pro Couverture 94

Pro Couverture 94 vous propose de multiples services dans le Val-de-Marne (94). Découvrez ici les chiffres dont nous sommes fiers !

+ 0
Ans d'expériences
+ 0
Interventions en 2022
+ 0
Toitures Réalisées en 2022
+ 0
Entreprises Partenaires

Un peu plus sur notre entreprise

FAQ

Notre entreprise pourra intervenir en tout lieu pour assurer la pose de toiture, l’entretien ou bien la réparation, le dépoussiérage, la fixation de système de canalisation, l’isolation de vos combles ou bien alors la fixation de volet au sein de la ville de Saint-Maur-des-Fossés et au alentour. N’hésitez pas à nous faire appel dans le souci. Nous serons heureux de vous guider en tant que couvreur dans la ville de Saint-Maur-des-Fossés.

Pour le nettoyage et démoussage de toiture à Saint-Maur-des-Fossés, nous vous conseillons les solutions anti-mousse se font par vaporisation basse pression, vous ne trouverez pas de changement tout de suite. L’éradication de la mousse et des lichens, des micro-organismes ne sera visible quelques semaines après pour constater les premiers effets. Agent imperméable L’hydrofuge, il s’agit d’un traitement qui va permettre de protéger votre toit face aux intempéries. Un traitement a un effet perlant, qui va permettre à l’eau de ruisseler sur votre toit, et qui emportera avec elle les résidus, les évitant la production de dépôt de pollution ou également de mousse. Cette méthode améliore l’espérance de vie de votre toit.
La longévité générale d’un toit en tuiles atteint environ une trentaine d’années. Mais, le toit pourra durer pendant un délai optimal si elle a reçu, tout au long de son existence, d’entretiens réguliers tels que des démoussages, la vérification des bétons sur les solins et autour de la cheminée ainsi que le dépoussiérage des chéneaux et égouts.
Entretenir sa toiture de résidence conduit à vous protéger des intempéries, mais également de sauvegarder la qualité de votre appartement. A vrai dire, un toit en bon état est gage de sérieux pour le bien être de son foyer. Les choses que vous devez examiner fréquemment à Saint-Maur-des-Fossés sont l’étanchéité et le changement de l’ossature. Pour être sûr du parfait état de votre revêtement, dépolluez la face externe du toit par un couvreur qualifié pour enlever les mousses et les divers débris qui provoquent sa détérioration. De même, il est important de contrôler l’emboîtement et le graissage de l’engrainage des ouvertures de toit. La vérification de la fixation des tuiles ou ardoises sur le toit est aussi un point sur lequel il faut être vigilant, surtout à la suite des mauvais temps. La charpente ne doit pas s’exposer aux écoulements et un contrôle de l’existence d’insectes xylophages (termites, capricornes) doit être effectué constamment par un couvreur-zingueur. Profitez des travaux de remise à neuf de votre toiture pour envisager une autre isolation convenable et gagner en confort, été comme hiver.
Conseils & Actualités

Actualités

couvreur en plein travail

Comment trouver un bon couvreur ?

Si vous désirez installer une nouvelle couverture ou sinon faire des missions de dépannage, il convient de miser sur les compétences d’un artisan couvreur spécialiste,

Lire plus »

Une question ? Un besoin ?

On vous rappelle

Inscrivez votre numéro de téléphone ci-dessous et on vous rappellera rapidement.

Seraphinite AcceleratorOptimized by Seraphinite Accelerator
Turns on site high speed to be attractive for people and search engines.